On croit souvent qu’on est moins heureux en vieillissant, alors que c’est l’inverse.

Voici la courbe du bonheur, selon les âges :

Elle montre la satisfaction que disent avoir les gens, en fonction de leur âge.

Il y a même un bouquin entier là dessus, qui s’appelle « The happiness curve ».

La pire période de la vie, c’est la quarantaine. Parce que c’est un moment charnière.

A ce moment là, certains pensent que c’est la fin. Que les belles années ne reviendront pas.

Alors que c’est tout le contraire : la cinquantaine passée, le bonheur remonte en flèche, jusqu’à dépasser ensuite tous les records vécus pendant une vie.

On est déçu quand une année n’apporte pas autant de satisfaction que celle d’avant.

Mais il faut d’abord redescendre, avant de remonter.

En fait, c’est l’inverse presque exact de la courbe du COVID…

A 20 ans, on peut tout faire, mais on n’a souvent pas d’argent pour le faire.

Du coup, on pense qu’à 30 ans, on sera au top.

Mais à 30 ans, on est tellement occupé à en chercher et à en gagner, de l’argent, qu’on n’a plus le temps de faire ce dont on rêvait à 20 ans.

Et à 40 ans, on se retrouve avec une vie construite. Un peu comme quand on a terminé une maison. On a l’impression qu’on ne pourra plus rien changer maintenant, que c’est trop tard parce que tout est déjà en place.

Alors on remet tout en question :

Est-ce qu’on a vraiment fait les bons choix ?

Est-ce que les personnes qui sont dans notre vie sont les bonnes ?

Est-ce qu’il n’aurait pas mieux valu vivre dans la montagne avec ses chèvres que de passer 20 années à courir après la réussite ou après un projet professionnel ?

On cherche du sens, et on a du mal à le trouver.

Et à 50 ans…. ça je ne le sais pas encore.

Mais selon le bouquin, c’est là où la tendance commence à s’inverser.

Ce que le graphique montre aussi, c’est que quand tu as 90 ans, tu es franchement bien...

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.