À chaque fois que tu tombes sur une idée de fou, à chaque fois que as un rêve et que tu en parles aux gens autour de toi, à chaque fois que tu as une vision…

Il y a toujours quelqu’un qui vient casser l’ambiance avec une phrase qui commence par « Oui, mais… ».

C’est pareil sur le web : tu partages ta meilleure méthode, tu te casses à faire une belle vidéo pour inspirer les gens et leur donner une passion à déplacer des montagnes…

Et je te garantis qu’au moins un commentaire qui commencera par « Oui, mais… » viendra complètement casser l’ambiance.

La première chose que cherchent ces gens quand tu leur soumets une idée, c’est de prouver qu’elle ne marchera pas.

Ils vont trouver un truc, une exception imaginaire qui s’applique à eux ou à toi, ou un obstacle minime qui aurait pu être surmonté facilement.

Et ils vont l’utiliser pour détruire tes rêves.

Ils n’essayent même pas juste deux minutes d’imaginer un monde dans lequel ce serait possible.

Ils essayent juste de tuer le truc. De le déclarer mort le plus vite possible.
On dirait que c’est une passion pour eux, de faire ça…

Et souvent, ces gens là font aussi la même chose à chaque fois qu’eux-mêmes ont une idée. Du coup, ils arrivent rarement à grand chose.

Les gens qui disent « Oui, mais… » sont pires que nos ennemis. Et pire que nos haters.

Parce que nos ennemis et nos haters, on ne les prend pas souvent au sérieux.On ne les entend que d’une oreille.

Mais ceux qui commencent leurs phrases par « Oui, mais… », on a parfois le malheur de les écouter.

Alors que ce sont les plus dangereux :

Ces gens-là viennent chez toi pour brûler tes rêves.
Ils viennent chez toi pour empoisonner ta passion, pour éteindre ta flamme, pour anesthésier tes désirs.

Ce sont des tueurs.
Des tueurs de projets, des tueurs d’enthousiasme, des tueurs de la personne que tu voudrais devenir.

Mieux vaut encore écouter en boucle les conférences de presse de Sibeth Ndiaye que d’entendre leurs phrases qui commencent par « Oui, mais… ».

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.