Le blog de Jean Rivière

Souvent, on pense qu’il suffit de doubler son audience pour doubler ses ventes.

Mais souvent, c’est faux.

Parce que plus ton audience va s’élargir, plus tu vas ratisser large.

Si aujourd’hui tu as une petite audience de gens vraiment passionnés et impliqués dans ton sujet et que tu la doubles, tu vas probablement attirer des gens de moins en moins passionnés et impliqués. Des gens qui achèteront moins.

C’est la raison pour laquelle dans beaucoup de cas, on double ses ventes en triplant ou en quadruplant son audience. Rarement en la doublant.

Par contre, on peut aussi doubler la fréquence de contact de son audience avec des offres.

Proposer dix produits au-lieu d’un seul. Permettre aux meilleurs clients d’acheter parfois cinq, dix, ou même soixante fois plus de produits, quand on a un gros catalogue.

Et là, on peut parfois doubler ses ventes (ou plus) sans avoir attiré une seule personne en plus.

Les chiffres sont trompeurs : on croit souvent que ceux qui ont la plus grosse audience sont ceux qui vendent le plus.

Mais c’est toujours beaucoup plus difficile de convaincre le grand public que des passionnés : tes produits sont moins importants pour eux.

Proposer beaucoup à peu de gens, ça donne souvent des résultats supérieurs à proposer peu à beaucoup de gens.

Ça arrive qu’on me prenne pour un fou parce que je sors souvent un nouveau produit chaque semaine depuis des années.

Mais quand on regarde les ventes que ça génère, par rapport à ce qu’on obtiendrait avec un ou deux produits, alors on se dit que le mec n’était pas si fou que ça.

Peu de gens le font, parce que créer un produit les impressionne. Ça leur fait peur.

Mais quand tu proposes des formations à tes fans, quand tu crées des produits pour des gens qui te connaissent déjà et qui te font confiance depuis des années -plutôt qu’à de purs inconnus-  alors tu n’as plus du tout les mêmes niveaux de stress.

Tu travailles en confiance, avec ta petite famille en ligne.

En marketing, beaucoup de gens ne parlent que d’audience. Et très peu parlent de la fréquence des lancements de produits.

Tant mieux : ça permet à des gens comme moi de bosser tranquillement et discrètement sans trop qu’on vienne les ennuyer, tout en ayant les mêmes résultats que ceux qui sont jetés en pâture sur la place publique.

Moi ça me va.
Depuis des années, c’est comme ça que je fonctionne, et pour rien au monde je ne changerais ça.

Mais si seulement les gens savaient...

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.