Il y a un truc qui passe très mal, sur le web comme ailleurs, c’est l’arrogance.

On est tous arrogants à un moment ou un autre.

Mais la clé pour désamorcer la haine et les critiques, c’est de savoir arrêter au bon moment.

Voici comment faire :

– Savoir dire « j’ai merdé »
– Savoir se montrer vulnérable de temps en temps
– Savoir dire « je ne sais pas tout »

Les gens qui te font croire qu’ils sont heureux tout le temps, qu’ils réussissent tout ce qu’ils lancent, qu’ils n’ont jamais de baisse d’activité, qu’ils n’ont jamais dit une seule chose qu’ils ont regretté après, qu’ils n’ont jamais merdé, ou bien qu’ils ont toujours raison…

Ce sont précisément ceux qui t’énervent le plus.
Et ce sont ceux qui attirent le plus de haters.

Je suis convaincu que le moyen le plus facile de désamorcer la haine, c’est savoir de dire « je n’ai pas toujours raison », « j’ai vraiment merdé sur ce coup là », ou bien « j’ai vraiment été un gros con ».

On n’attaque quelqu’un qui est vulnérable.
On n’est pas équipés pour ça, en tant qu’humains.

Et c’est d’ailleurs plus agréable d’être vrai que de passer sa vie à se cacher derrière le masque d’une fausse perfection.

Si tu essayes de faire croire aux gens que tu es parfait, ils vont te haïr.

Alors que toi, tu leur faisais croire ça parce que tu pensais qu’en l’entendant ils allaient te respecter et t’aimer.

Le truc ne marche pas, en fait.
Ce qu’il faut faire, c’est juste l’exact opposé.

Les héros de films ou de romans qu’on aime, ce sont ceux qui sont imparfaits. Ceux qui ont des défauts, et qui doivent vivre avec. Ceux qui se trompent. Ceux qui font fausse route, parfois, et puis qui savent reconnaître leurs erreurs pour retrouver leur chemin.

Sinon, le film serait très chiant.

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.