Le blog de Jean Rivière

Il faut savoir pourquoi on écrit.

Soit pour faire joli, soit pour impressionner, soit pour transmettre un message.

Si on écrit pour faire joli, alors on fera du Beaudelaire. Ce n’est pas du tout mon but, et je ne sais pas faire.

Si on écrit pour impressionner, alors on parlera de « développer des synergies collaboratives intégratives au cœur de la dynamique-métier ». Ce n’est pas du tout mon but, et je ne sais pas faire.

Mais si on écrit pour transmettre un message, alors tout devient beaucoup plus facile.

Parce qu’il ne s’agit pas de faire dans le complexe. Il s’agit simplement de faire en sorte d’être lu et compris.

Et pour être lu et compris, il faut que ce soit simple :

1- S’il existe un mot plus simple, choisis-le.

2- Si tu peux trouver un exemple au lieu d’expliquer, utilise un exemple.

3- Si ta phrase sonne mal à l’oral, réécris la.

4- Si ton paragraphe peut être coupé en deux, coupe-le en deux.

5- Si tu peux dire la même chose avec une phrase plus courte, écris une phrase plus courte.

6- Aère. Saute des lignes. Rajoute de l’espace.

Et si tu veux t’amuser avec tes mots, tout en restant clair :

1- Le style vient du rythme, pas du vocabulaire :

Répétitions, allitérations, alternances de phrases courtes et longues. C’est ça qui crée le style quand on veut rester lisible. Pas les mots compliqués qu’on a trouvé dans le dico.

2- Trouve des exemples décalés, les plus légers possibles :

Si tu parles de sujets austères, éclate-toi sur les exemples.

Quand on explique un sujet sérieux comme la TVA Intra-communautaire en utilisant l’exemple du slip sale ou la métaphore du maquereau, on arrive à marquer les esprits là où personne n’avait réussi à le faire avant.

Bref, plus ton sujet est austère, plus tes exemples seront légers.

3- Relis jusqu’à ce que ça sonne bien à l’oral :

Ne relis pas que pour trouver les fautes. Relis pour rendre ton texte fluide.

Un texte qui passe bien à l’oral, c’est un texte facile à lire.

Une phrase est vraiment longue ? Fais-la suivre d’une beaucoup plus courte. Comme celle-ci.

Un mot sonne mal à l’oral ? Retire-le (C’est le cas de « cela », une monstruosité à bannir absolument).

4- Répète la même phrase deux ou trois fois, en changeant son sujet :

Par exemple, après une histoire sur Jacqueline et Gérard :

« Ce qui a marché pour Jacqueline, ce n’est pas le travail acharné.

Ce qui a marché pour Gérard, ce n’est pas le travail acharné.

Et ce qui marchera pour toi, ce n’est pas non plus le travail acharné.

C’est juste un peu plus d’intelligence et d’astuce. »

Il n’y a pas de moyen plus efficace pour donner du poids à une idée que de la répéter en changeant le sujet de la phrase.

On peut décliner cette astuce de beaucoup de façons : relisez le tout début de cet article pour en voir un exemple...

5- Éclate-toi :

Si tu t’amuses en écrivant, ça se ressentira en te lisant.

Écrire n’est pas un travail, c’est un jeu.

Et si ça ne t’amuse pas, fais plutôt des vidéos...

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.