Le gros avantage de créer du contenu au format texte, c’est qu’il ne deviendra jamais obsolète.

Même si peu de gens le font aujourd’hui, écrire des articles permet de tout faire :

–– Envoyer un e-mail automatique à sa mailing-list chaque jour. De façon automatique et rotative.
Une fois que tous les articles programmés ont été envoyés on recommence à zéro.
Du coup, une base d’articles peut être exploitée pendant des années, voire pendant toute une vie.

–– Publier automatiquement des minis-articles sur les réseaux sociaux qui le permettent.
Là aussi, on peut automatiser la mise en ligne, et ne jamais plus avoir à y penser...

–– Écrire un livre. Ou plusieurs livres.
Il suffit de réunir ses articles, sous forme de minis chapitres, pour avoir un livre entier.
On pourra par exemple le titrer : « 100 conseils de pro... ».

L’autre avantage du texte, c’est qu’il permet d’avoir déjà du contenu d’avance à utiliser sur les plateformes qui n’existent pas encore.
Dans les cas où elles ne permettent pas de publier du texte, on pourra toujours adapter les idées de ses articles en enregistrant de l’audio ou une vidéo, ou encore un autre format qui n’a pas encore été inventé aujourd’hui.

On n’aura plus à faire le travail de préparation, et dans le cas où la plate-forme en question permette de publier du texte, on aura plus à faire de travail du tout.

Si les sujets qu’on aborde le permettent, les contenus ne deviennent jamais obsolètes. Par exemple, j’ai moi-même remis en ligne plusieurs centaines d’articles presque dix années après leur écriture.

Ça ne m’a demandé que quelques jours de préparation : il suffisait de retirer les passages qui faisaient référence à une date, ou à un outil devenu obsolète.

Jamais je n’aurais pu faire la même chose avec des vidéos, ou en tout cas pas en aussi peu de temps.

Ça m’a aussi permis de rendre mes articles 100% intemporels, c’est-à-dire que je pourrai continuer à les reprogrammer de façon automatique, à les envoyer à ma liste, à les envoyer aussi sur les réseaux sociaux dans 10 ans, dans 20 ans, et dans 30 ans certainement.

Il est étonnant de voir que sur YouTube, beaucoup de vidéos qui ont été publiées il y a à peine deux ou trois ans apparaissent déjà comme vieillottes.
Et ne parlons pas de celles qui ont été mises en ligne il y a cinq ans ou plus.

La vidéo est probablement le format qui s’essouffle le plus rapidement, même si souvent, c’est plus rapide et plus facile de prendre la parole devant une caméra plutôt que de rédiger.

C’est aussi une histoire de goût : certains prennent du plaisir à écrire, d’autres préfèrent parler.

Mais c’est surtout une question de compétences : certains, naturellement, son meilleur à l’écrit alors que d’autres sont meilleurs à l’oral.

Même si l’époque des blogs est loin derrière nous maintenant, le texte n’est pas mort.

Au lieu de travailler sur une plateforme centrale est unique, comme par exemple YouTube pour la vidéo, avec le texte, on publiera son contenu sur un maximum de services, qui sont tous ceux sur lesquels la publication de texte est possible.
C’est drôle, parce que c’est la même stratégie qui fonctionne pour l’audio.

L’audio lui aussi est un format qui peut rester intemporel, à condition que les sujets qu’on aborde le restent aussi.

Te faire une bonne archive de contenus texte et audio dont les sujets sont intemporels, c’est garantir ton avenir !

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.