La plupart des gens se trompent quand ils essayent de dépasser leurs limites, et voici pourquoi.

Si tu essayes d'améliorer tes résultats, ou même d'augmenter tes performances sportives ou scolaires… l’obstacle n’est pas forcément celui que tu crois. Et voici pourquoi.

Avant le 6 mai 1954, les coureurs pensaient qu’il était physiquement impossible de battre le record d’un mille en 4 minutes (environ 1,6 km). Personne n’avait jamais parcouru cette distance en si peu de temps, et tout le monde pensait que c’était impossible. Des médecins affirmaient qu’il s’agissait d’une limite physique, infranchissable.

Or, le 6 mai 1954, Roger Bannister a battu le record.

Juste après, 16 autres coureurs ont parcouru un mille en moins de 4 minutes, démontrant que la limite n’était pas physique, mais mentale. Parce qu’on est incapable d’accomplir ce que l’on croit impossible.

Un autre exemple ?

Dans son livre "Maximum Achievement", Bryan Tracy raconte l’histoire d’un étudiant qui entre à l’université après avoir passé un test. Le résultat de ce test indique qu’il fait partie du « 99th percentile », c’est-à-dire que ses compétences intellectuelles sont supérieures à 99% des étudiants testés.

Le problème ? L’étudiant avait mal lu son évaluation, et avait compris que son QI était de 99… soit en-dessous de la moyenne de la population.

Du coup, parce qu’il était convaincu d’avoir une intelligence médiocre, les résultats de son premier semestre étaient catastrophiques. Jusqu’à ce qu’il se rende compte de son erreur et qu’il réalise qu’il était doué d’une intelligence rare…

La conséquence ?
Immédiatement, ses résultats sont passés d’un niveau médiocre à un niveau exceptionnel. Simplement en changeant de convictions sur ce dont il était capable d’accomplir.

La limite n’était pas intellectuelle : elle était mentale. Parce qu’encore une fois, on est incapable d’accomplir ce que l’on croit impossible.

Ça t'est probablement déjà arrivé, comme à moi, de dépasser une limite qui semblait infranchissable, puis ensuite de la considérer non plus comme une barrière haute, mais comme une barrière basse. Comme le minimum acceptable.

Par exemple, lorsque tu atteinds un niveau de rémunération que tu pensais impossible à obtenir, tu t'y habitues vite, et il devient impensable de revenir en arrière.

La barrière s’est transformée en minimum acceptable, et ce niveau de revenus ou de CA te semble désormais naturel. Tu es maintenant convaincu qu’il serait tout à fait possible de l’atteindre à nouveau si tu repartais de zéro aujourd’hui.

Cette limite n’était pas liée à tes compétences : elle était mentale. Parce qu’encore une fois, on est incapable d’accomplir ce que l’on croit impossible.

Tu peux passer en revue tous les domaines dans lesquels tu penses qu’il est impossible de te dépasser : il est terrifiant de constater que la plupart du temps, la limite est aussi mentale. Et uniquement mentale.

Souviens-toi simplement de l’histoire du coureur et de celle de l’étudiant la prochaine fois que tu voudras battre un record personnel.
Parce que la tâche est probablement plus facile à accomplir que ce que tu imagines...

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.