Les recruteurs demandent souvent aux candidats :
« Pourquoi est-ce que vous voulez ce job ? »

La vraie réponse, dans 95% des cas, c’est :
« Parce que je veux pourvoir remplir mon frigo, payer mon loyer, et gagner de l’argent. »

Mais ce n’est pas la réponse qu’ils donnent.
Ils montent tout un baratin auquel personne ne croit, ni le recruteur, ni les candidats, et qui sert juste à faire joli.

Dans le business, c’est pareil. Combien de gens proclament qu’ils ne font ce qu’ils font juste pour changer le monde, pour aider les autres ou pour faire le bien ?

Ces gens là, pour moi, ils sont suspects.
Parce qu’ils ne disent pas toute la vérité.

Vouloir changer le monde, c’est bien.
Mais il n’y a aucune honte à vouloir aussi remplir son frigo.

Aucune honte, non plus, à vouloir savoir jusqu’où on est capable d’aller. À vouloir savoir combien de clients on est capable de trouver, et combien d’argent on est capable de gagner.

L’argent est devenu aussi tabou que le sexe l’était autrefois.

Si j’étais recruteur, j’aurais davantage confiance en un candidat qui me dirait :
« Je veux ce job parce qu’il paye bien. Et en plus, je suis un grand fan de vos produits ».

Et en ce qui concerne les créateurs, je fais davantage confiance à ceux qui disent :
« Je suis là pour gagner de l’argent. Et aussi parce que j’adore mon métier, et que je veux aider les gens à changer de vie. »

Un peu d’honnêteté ne fait pas de mal.
Et l’argent n’a rien de sale.

Ceux qui essayent de faire croire qu’ils ne font du business que pour changer le monde sont aussi ridicules que ceux qui se promènent avec des chaînes en or autour du cou en ne parlant que d’argent.

S’ils disaient la vérité, ils auraient monté une association caritative.

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.