Combien de fois on entend autour d’un café «C’est l’idée du siècle», «Tu imagines, combien ça pourrait rapporter ?», ou encore «Tu as vu la stratégie que Machin utilise ? C’est du génie à l’état pur… Il faut absolument que je teste ça».

Pourtant, la capacité qu'on a à passer à l'action est plus importante que les idées. Même plus importante que les MEILLEURES idées.

L’ennemi, celui qui nous empêche la plupart de progresser en business, c’est nous-mêmes.

Tu veux trouver une bonne idée de business ? Il existe des livres qui en proposent 500. D’ailleurs, rien qu’en réfléchissant pendant une heure, avec un papier et un stylo, tu peux en trouver une bonne vingtaine.

Le problème, ce ne sont pas les idées. Le problème, c’est le passage à l’acte.

Et si je me plante ? Et si je me rends compte, finalement, que l’idée n’était pas si bonne ? Et si j’attendais quelques années pour perfectionner mes compétences ? Et si j’attendais d’avoir un budget plus important ? Et si je prenais le temps d’attendre qu’une idée encore meilleure me tombe sur le nez ?

Le business, c’est un test grandeur nature, qui n’est jamais terminé. L’idée parfaite, le concept idéal, il n’existe pas.

Je prends souvent l’exemple du puzzle : il faut essayer plusieurs pièces avant de savoir quelle est celle qui rentre dans un trou. Et quand le test est négatif, ce n’est pas un échec. Au contraire : on avance vers la découverte de la bonne pièce.

Bref, sors tes idées de ton salon, et des discussions entre amis. Et passe à l'acte le plus rapidement possible. Même si tes idées ne sont pas parfaites. Même si tu pourrais attendre de perfectionner tes compétences avant de te lancer.

Et teste tout. Constate les résultats. Améliore ton idée en fonction, si ça vaut le coup. Ou bien passe au test suivant, si ce n’est pas le cas.

C’est la seule façon de trouver la bonne pièce.

Cet article est tiré de "Rejoins le Mouvement", le journal quotidien des créateurs. Tu peux le recevoir gratuitement par e-mail chaque matin.